mercredi 23 décembre 2009

Un poème


Hier soir, j'ai posé quelques questions à Charly Wang sur son associé Jimmy Jones. Le propriétaire du White Swan a souri et a murmuré qu'on y était. Puisqu'on y tenait, qu'il allait nous montrer quelque chose.
Et il a quitté le bar de l'hôtel. Et j'en ai profité pour me resservir un verre de rhum, un Havana Club quinze ans d'âge qu'il avait ouvert pour l'occasion. Charly Wang sait s'adapter à ses invités. Ses relations d'affaires peuvent savourer le meilleur bourbon de N.D.Lay et il arrose ses repas avec ses amis de Little China d'un baijiu réservé dans leur pays d'origine , aux cadres du parti. Je n'ai jamais su ce qu'il préférait réellement.
Il est revenu quelques minutes plus tard avec un vieux numéro de Poetry: "Saviez-vous que ce monsieur Jones fut jadis un jeune poète prometteur." J'ai pris la revue. Le poème de Jimmy Jones était bien dans la veine de cette école de N.D.Lay, fortement imprégné de substances de synthèse de toutes sortes. Il s'intitulait : Et les enfants se ruaient sur ses plaies heureuses ouvrez grand vos bouches mères malheureuses.
"Ce Jimmy Jones est décidément très surprenant" que me dit Charly Wang. Là, pour la première, j'ai lu dans ses yeux , lui toujours si clairvoyant, quelque chose qui ressemblait à de la perplexité.


5 commentaires:

Jimmy Jones a dit…

Ce qui me rend encore plus perplexe, c'est comment les Conversations entre gens de bonne compagnie aient pu reprendre mon poème.

Ange Staboulov sait comment s'y prendre lorsqu'il a quelque chose en tête.

Mais malgré vos flagorneries, je n'oublierai pas sitôt que vous ayez osé classé Charlie Wang parmi mes amis, sachant ce qui s'est passé par la suite.

Vous le savez, n'est-ce pas?

Maxime a dit…

J'aime beaucoup le titre du poème. Il donne envie de se mettre en maillot de bain. Est-il disponible à la lecture ?

L_ecrivain a dit…

Je ne me souviens plus de ce numéro de Poetry. Il me semble qu'il était consacré tout entier à l'école de N.D.lay. l faudrait voir dans les archives de la revue. Ou s'adresser directement à Jimmy Jones allais-dire, mais je crains qu'il ait envie d'oublier cette période de sa vie.

LeRoy K. May a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Jimmy Jones a dit…

J'ai dû faire appel aux services d'un tueur à gages pour vous convaincre de cesser de me harceler ainsi.

Les Conversations entre gens de bonne compagnie ne sont pas à prendre à la légère.

Un certain LZ vous contactera sous peu.